La réforme de la formation professionnelle

Les principaux changements

Fin 2018

FRANCE COMPÉTENCES fait son apparition. Pilotée par l’Etat, elle aura pour principales missions de réguler le prix et augmenter la qualité des formations diplômantes.

FRANCE COMPÉTENCES remplacera d’ici 2021 le Datadock, base de données unique des organismes de formation professionnelle, ainsi que le CNEFOP (Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles).

En 2019

Le CPF ne sera plus comptabilisé en heures, mais en euros, dès le 1 janvier 2019. Chaque salarié en CDI bénéficiera d’un « crédit » de 500 euros par an, avec un plafond à 5000 euros.

Les salariés non qualifiés auront 800 euros par an, plafonnés à 8000 euros. Le nombre de formations éligibles au CPF devrait augmenter.

La Caisse de Dépôts va désormais gérer la gestion du CPF grâce à un service gratuit dématérialisé Une application disponible progressivement à partir de 2019 permettra de connaître ses droits acquis, de s’inscrire et de payer directement une formation, sans passer par un intermédiaire.

Le Congé individuel de formation (CIF), qui permet à un salarié de s’absenter de son poste, pour suivre une formation, va disparaître, remplacé par le CPF de transition professionnelle (modalité spécifique du CPF) dès le 1 janvier 2019

En 2020- 2021

Les 20 OPCA, organisés par branches aujourd’hui, se transformeront en 11 OPCO (opérateurs de compétences) organisés par filières

La collecte des « budgets formation » auprès des entreprises, jusqu’alors gérée par les OPCA sera « automatiquement » assurée par les URSSAF à compter de 2020-2021.

Les OPCA seront parallèlement transformés en opérateurs de compétences d’ici au 1er janvier 2020.

Liens utiles pour rester informé de l’évolution de la réforme de la formation professionnelle

Mon compte d’activité

France compétences

Le portail interrégional formation emploi